Petit prof

C’est l’histoire de Womeng Meng, 6 ans, surnommée par les autres enfants « petit prof » car c’est une excellente élève, un peu vaniteuse, mais qui devient au fil du temps et grâce à ses camarades, tendre et altruiste. Elle devient alors contrariée par la nécessité de suivre les programmes et les règles de l’école, que « grand prof », leur directrice, rappelle de temps à autre.

Sa concurrente pour la première place est Xiao Qi avec qui les rapports sont évidemment tendus et tordus. Womeng Meng est passionnée par l’école, aimée de son enseignante « grand prof » parce qu’elle récite bien ses leçons, mais elle prend toutefois des libertés qui ne sont pas toujours au goût de celle-ci, ce qui lui vaut parfois de perdre sa place de première.

Dans sa classe, ils sont une trentaine, mais elle a quelques amis proches : BonBonBonBon, enfant distraite et rêveuse, au point qu’on la dit un peu bête, elle est aussi généreuse que pleine d’empathie. Tao La, qui dessine tout et tout le temps, mais dont les dessins réalisés très vite, à grands gestes, ne sont compris que d’elle seule : une artiste abstraite, sans public, pour l’instant.

Womeng Meng sait qu’à la fin de l’année, elle va changer de classe, on parle même de lui faire sauter une classe. Elle en est très triste parce qu’elle a beaucoup d’affection pour sa maîtresse et pour ses camarades, cette « promotion » risque de lui faire perdre tous ses amis d’un seul coup…

Cette histoire est celle créée, dessinée et scénarisée par Mengjiao (qui est aussi le nom d’un poète illustre de la dynastie Tang), jeune illustratrice issue de C.A.A (China Academy of Arts) de Hangzhou et diplômée du master de la section Illustration. Elle a remporté pour ce projet, le troisième prix de cette spécialité en juin 2017. Comme une dizaine de ses camarades de C.A.A, elle a suivi durant l’année 2017, le programme français de préparation culturelle, linguistique et artistique mené par E-Art, où je suis en résidence.

La finesse de son dessin, sa tendre espièglerie, sa précision des humeurs, l’humour qu’elle insuffle à ses personnages, sa façon d’organiser et de représenter les situations créées par l’école, ses découpages de l’espace et du temps, font de ce récit de déjà 1500 images, la préfiguration d’une bande dessinée drôle et tendre que j’ai hâte de voir un jour en album. Je lui souhaite une belle et bonne poursuite de ses recherches graphiques et narratives à l’école d’Art d’Angoulême où elle va continuer ses études en septembre. Je souhaite aussi un devenir international à son univers, car s’il prend source dans son expérience de l’école chinoise, il n’en trouve pas moins beaucoup d’échos dans toutes les écoles du monde, avec cette question, qui se pose partout : que fait l’école de la singularité ?

petit prof sous la houlette de grand prof, Mengjiao [ traduction : « première page ! » ]
vue surplombante de la classe, Mengjiao
scène de la classe, Mengjiao [ pas de traduction, désolé… ]
petit prof et bonbonbonbon, Mengjiao
bonbonbonbon, Mengjiao

 

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s